ACTUALITES
     ACCUEIL LES PERIPHERIQUES VOUS PARLENT RECHERCHER
         
 
Samedi 18 mai 2019 ateliers – débats 2019 de l’Université du Bien Commun à Paris

Ateliers – débats 2019 de l’Université du Bien Commun à Paris

Samedi 18 mai 2019 de 15 h à 18 h 30 - accueil à partir de 14 h 30


Les communs au prisme des "droits de la nature"

Humains et non-humains : vers de nouveaux agencements socio-écologiques

à la Maison du Libre et des Communs – Paris
226 rue Saint-Denis, 75002 (M° Strasbourg Saint Denis)

Entrée libre et gratuite (dans la limite des places disponibles).
Inscriptions : universitebiencommun@gmail.com

Session proposée par Sylvia Fredriksson,
animée par Sylvia Fredriksson et Nicolas Loubet.

Programme :

15 h - Introduction : Écrire les communs. Éthique des fins, éthique des moyens.
par Sylvia Fredriksson

15 h 30 - 1ère partie : Revisiter les théories des communs, mises en débat par l’anthropocène et l’émergence des « droits de la nature »

Quelles sont les forces et les limites des théories des communs dont nous héritons pour penser les droits de la nature ? Quels en sont les implicites et les alternatives ?
Interventions de Lionel Maurel, Alexandre Monnin
Modération et documentation Nicolas Loubet et Sylvia Fredriksson
Débat avec le public
Pause

17 h - 2ème partie : Les communs en action(s) vers de nouveaux agencements socio-écologiques

Comment revisiter les formes de propriété consubstantielles aux dynamiques d’appropriation de la nature ? De quelles institutions avons-nous besoin pour accueillir ces nouvelles approches des communs ? Quelles sont les formes institutionnelles compatibles avec ces nouvelles ontologies relationnelles ? Quelles perspectives d’implantation des droits des non-humains dans nos systèmes juridiques ?
Interventions de Lionel Maurel, Alexandre Monnin
Modération et documentation Nicolas Loubet et Sylvia Fredriksson
Débat avec le public

18 h 15 - Conclusion et perspectives

Intervenants

Alexandre Monnin
Directeur Scientifique d’Origens Media Lab, Enseignant-Chercheur en école de management et Président de l’association Adrastia. Docteur en philosophie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sa thèse a porté sur la philosophie du Web. Sa recherche porte sur les enjeux ontologiques du Web et du Web sémantique, l’Anthropocène et la fin du numérique ou encore la question de la coopération et des communs.

Lionel Maurel
Juriste de formation et conservateur de bibliothèques, en poste à l’Institut National des Sciences Humaines et Sociales (INSHS) du CNRS, où il occupe les fonctions de directeur adjoint scientifique en charge des questions d’information scientifique et technique (IST). Auteur du blog S.I.Lex depuis 2009, il est spécialisé dans les questions de propriété intellectuelle et de droit du numérique. Ses champs de recherche couvrent la propriété intellectuelle (principalement le droit d’auteur), le droit de l’Internet et le droit de l’information, le droit de la culture, les licences libres et la culture libre, l’édition numérique, l’Open Access, l’Open Data, la protection des données personnelles et de la vie privée, la questions des Communs. Lionel Maurel est membre du Comité de la prospective de la CNIL, du Comité Scientifique et Technique du CCSD et du Comité pour la Science Ouverte. Co-fondateur du collectif SavoirsCom1 dédié aux politiques publiques des Communs de la connaissance, il est également membre fondateur de la Quadrature du Net, association de défense des libertés dans l’environnement numérique.

Nicolas Loubet
Chercheur en géosciences de formation, autodidacte des pratiques numériques et actif dans des communautés contributives depuis 2009. Il est actuellement enseignant-chercheur et concepteur de programmes de recherche (DAISEE) pour la coopérative Oxamyne (Oxalis & La MYNE). Il a cofondé les sociétés Umaps, Bluenod et co-animé le média social Knowtex.

Sylvia Fredriksson
Designer et chercheur, ses travaux portent sur les relations entre design, technique et politique. Elle contribue aux travaux de plusieurs collectifs (SavoirCom1, Remix The Commons, Open Knowledge Foundation) entourant la question des communs.